Archives des tags : optimisme

L’optimisme: + 7 !

c-est-decide-je-cultive-l-optimismeD’après Martin Seligman, père fondateur de la psychologie positive et auteur de La force de l’optimisme, avoir une vision plus optimiste des situations conditionne « notre réussite dans tous les domaines de notre vie, a un impact significatif sur notre santé psychique et physique, préserve de la dépression, nous rend plus résilients et persévérants ».

Bref, cultiver l’optimisme serait donc essentiel à notre épanouissement et à notre bonheur. J’irais même plus loin ! Cet « haricot magique » aurait la faculté de prolonger la durée de vie de votre beau potager terrestre. Des recherches très sérieuses menées par les psychologues de l’université du Kentucky (Déborah Danner, David Snowden et Wallace Friesen), ont révélé qu’avoir une vision optimiste des événements rallongerait la durée de notre existence d’environ sept ans.

Pour arriver à de telles conclusions, les chercheurs ont dû trouver des « sujets » d’études ayant les mêmes conditions de vie quotidienne, mangeant la même chose, exécutant à peu près les mêmes tâches et ce, sur une période assez longue pour que les résultats soient les plus probants possibles. Mission impossible ? Que nenni ! Ils ont fini par trouver leur « Saint Graal » dans un monastère !

0078En effet, en 1930, la Mère supérieure de ce providentiel couvent avait pour habitude de demander à chaque nouvelle arrivante d’écrire une lettre autobiographique sur son histoire personnelle, ainsi que sur la motivation de son engagement et, d’une manière plus générale, sur sa vision de la vie. Au total, 180 religieuses se prêtèrent à l’exercice. Résultat : l’étude prouve, de manière frappante, que celles qui avaient fait montre d’un plus fort optimisme en employant des « phrases émotionnellement positives » avaient vécu jusqu’à dix ans de plus que celles dont le contenu était plus pessimiste.

Par la suite, d’autres études ont confirmé le probable impact de l’optimisme sur notre santé, et conséquemment sur l’allongement de notre vie.
La messe est dite, non ? Je ne sais pas pour vous mais moi, je suis prête à faire quelques efforts conscients pour me donner la chance de vivre au minimum centenaire et en bonne santé ! C’est d’ailleurs l’un des 101 objectifs de ma fameuse liste des 101 rêves à cocher !

Extrait « Cultivez votre bonheur ! »

Le Dalaï Lama

Capture d’écran 2014-02-11 à 13.32.44

 Toi + Moi + tous ceux qui le veulent + Lui + Elle et tous ceux qui sont seuls !

Allez venez et entrez dans la danse ! Allez venez c’est votre jour de chance !

Le jour où… j’ai arrêté de regarder Pierre Bellemare, mon idole.

Le jour où... j'ai arrêté de regarder Pierre Bellemare, mon idole. dans CHRONIQUES Image-2-300x257

« Ce que votre cerveau visualise votre corps le vit. »… Lorsque j’entendis pour la première fois cette théorie de la bouche même d’un de mes mentors, elle me glaça immédiatement le sang (j’en frémis encore !) et me plongea dans une durable perplexité. Qu’est-ce que cela signifiait ? Quoi ?! Est-ce que cela voulait dire qu’à chaque fois que je pensais ou imaginais des choses moches, affreuses et négatives, mon corps vivait « réellement » ces situations ? Quoi ?! Est-ce que cela voulait dire que toutes ces années (et elles furent nombreuses) où je me gavais comme une oie boulimique d’émissions morbides sur les tueurs en série – genre « Enquêtes impossibles » (Aaaah ! Pierre Bellemare, mon gourou…), « Suspect numéro 1″ – et j’en passe et des meilleures! – mon corps « subissait » par procuration toutes ces abominables horreurs ? Toutes les fois où je plongeais mon nez « fouineur » dans les pages « faits divers » du Parisien, mon corps « ressentait » la tristesse, la colère, le désespoir de toutes ces victimes ? Enfin chaque fois que je m’accusais de toutes les misères du Monde, ou que je voyais la Vie comme un gros nuage gris, mon corps « portait » le poids de la culpabilité universelle ?

- Oui… me répondit placidement l’infâme enseignant.

Okay…

Le coup fut rude. Je pris conscience que j’allais devoir faire le deuil* de toute une partie de mes habitudes terriblement addictives. Et un sentiment d’abattement m’envahit devant l’immense chantier à entreprendre.

« Comment cela était-il possible ?… Le cerveau est un organe intelligent ! Il sait faire la différence ! Je n’y crois pas !… » (1*)

« D’ailleurs on nous l’aurait dit plus tôt ! Qu’est-ce que c’est que cette éducation et cette société qui nous cachent des choses aussi importantes !… »(2*)

« Oh ! Mon dieu, mais peut-être est-ce trop tard ? Avec tout ce que je lui ai refilé comme cochonneries ! (et c’est sans compter mes 17 années de « Malboro-même-pas-light », mes 20 années d’ivresse mondaine et ma passion pour la charcuterie !… ») (3*)

« NonNon, on se calme… C’est pas si grave… Je pourrais bien m’en passer un peu de toutes ces « nourritures funestes ». Et puis une de temps en temps ça peut pas faire de mal … Non ?… « (4*)

« Oooh, miséricorde, quelle tristesse ! Je ne m’en remettrais jamais… » (5*)

(temps de réflexion)

« Bienbienbien… Après tout si c’est vrai alors, qu’est-ce que je risque à changer ces vilaines manies et à nourrir mon esprit de victuailles plus saines ? Et puis je suis responsable de ma vie. J’ai le choix. Je suis libre, nom de nom ! Allez, go go go !… »(6* et 7*)

1- Identification de mes « saboteurs », « mangeurs d’énergies » et autres « voleurs de temps » (journaux, télé, applis, ruminations, individus…)

2- Elimination par étapes

3- Respiration !

Résultat: Malgré quelques dérapages « contrôlés » (je reste humaine, non mais !) il s’avère que je viens de rendre à mes journées et à mes nuits leur légèreté, leur dynamisme et leur optimisme ! Je n’ai gardé que les infos du matin pour me tenir au courant des grands mouvements de ce Monde ! (8*). Aujourd’hui, et dans la mesure du possible, mon cerveau ne consomme que de bonnes choses: de bonnes lectures, de bons films, de bonnes pensées,  de bonnes rencontres, et de bonnes rigolades ! (9*)

Et vous ? De quoi nourrissez-vous votre cerveau ? Combien de temps passez-vous à regarder, lire ou entendre d’épouvantables nouvelles ? Quelles sont vos habitudes chronophages ? Qui sont vos « saboteurs » de bonne humeur ? Ces questions valent le coup d’être posées car plus qu’une légèreté retrouvée c’est aussi un temps précieux récupéré pour prendre soin de soi et des autres !

Bon à savoir n°1: Le cerveau est très réceptif et actif le soir avant de s’endormir. Prenez soin de lui offrir à ce moment là de quoi passer une bonne nuit !

Bon à savoir n° 2:

Les étapes du deuil*:

1*: Le déni

2*: La colère

3*: Le marchandage

4*: La tristesse

5*: L’acceptation

6*: Le pardon

7*: Le cadeau caché

8*: La sérénité.

petiterose29 |
Soeurs de Coeur, journal de... |
POINTS DE SUSPENSION ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ahosanna
| petits mots etc
| imhere