Archive | GRAINES DE JOIE Flux RSS de cette section

Vous prendrez bien une p’tite madeleine ?

Vous prendrez bien une p'tite madeleine ? dans GRAINES DE JOIE img_2129-300x225

Eté 1982. Saint Mandrier-sur-mer.

22h30. Après une interminable journée d’autoroute, la voiture s’arrête enfin sur le parking de la résidence où habite mes grands-parents. Comme chaque été, c’est le grand « débarquement » familial ! Je trépigne à l’idée de retrouver mes cousins Luc et Sébastien et ma cousine Aline. Soleil, plage, paëlla, rigolades, engueulades, les vacances quoi ! J’ai 12 ans et je laisse éclater ma joie. J’entre comme une tornade dans la maison. Je prends une grande respiration… Tout y est… Toutes mes odeurs… Ca fleure bon le pain chaud, la cuisine méditerranéenne, mais aussi le parfum sucré de ma grand-mère et cette odeur si caractéristique de leur maison… La maison de l’insouciance… J’inspire de nouveau à plein poumon quand soudain je suis littéralement soulevée du sol et je me retrouve nichée au creux des bras de ma grand-mère qui m’embrasse « comme du bon pain »… Je voudrais que ce moment soit éternel… En fait, il l’est…

Claire J., la quarantaine épanouie.

Un papa qui respire le Bonheur !

Je m’étire un peu. Il est tard, et je suis encore en train de travailler calé dans mon canapé, l’ordi sur les genoux.

Soudain, je l’entends… C’est le signal pour moi d’un moment de grâce qui commence… Je me lève, entre dans sa chambre et m’approche de son petit lit. Elle hésite entre sommeil et réveil mais il est l’heure de son biberon et comme chaque nuit, c’est moi qui le lui donne.

Je la soulève délicatement et la prends dans mes bras. Sa tête, lourde de sommeil, repose sur mon épaule. J’inspire profondément et me délecte avec gourmandise de son odeur de bébé endormi, cette odeur si particulière d’une petite transpiration laiteuse nichée au creux des minuscules plis de son cou frangé de bouclettes blondes.

J’entends sa respiration, lente, légère, délicate, entrecoupée parfois par le suçotement de la tétine dans sa bouche. Je sens alors une douce chaleur envahir ma poitrine. Je colle ma tête contre la sienne et rends grâce à la Vie pour cet instant de pur Bonheur.

 Christophe L., un papa qui respire le Bonheur !

Tchin !

Tchin ! dans GRAINES DE JOIE verresangria.vignette

Eté 2011, quelque part dans le Sud-Ouest de la France. 

Une sangria bien fraiche, du soleil, nos amis…

Sophie M., vacancière bronzée 

 

Temps de chien !

Temps de chien ! dans GRAINES DE JOIE 308887_10150337505819271_576424270_7793439_1653867319_n-300x225

Février 2009. Quelque part sur une plage vendéenne.

Le froid me saisit le visage et son piquant est si intense que mes yeux en pleurent. Pour le reste,  je suis heureusement bien au chaud dans mon gros pull « Woolmark » et mon coupe-vent de rigueur. Vent qui, d’ailleurs, prend un malin plaisir à me chahuter. Pas un chat en cet fin d’après-midi hivernal sur  l’immense plage vendéenne. Pas un chat, mais un chien: le mien ! Je le regarde courir et jouer avec les vagues. Il jappe, il bondit, il détale puis revient aussitôt vers moi, tantôt avec un morceau de bois, tantôt avec un OTNI (Objet Totalement Non Identifié !). Il ne semble craindre ni le froid, ni les bourrasques, et son dynamisme spontané est contagieux ! Je me mets à courir aussi, le nez offert au vent iodé. J’ouvre les bras… Je me sens léger, prêt à m’envoler et en même temps, pleinement enraciné… Légèreté et intensité d’être… d’être vivant !

Michel M., dernier homme sur Terre.

 

Ce soir-là…

Ce soir-là... dans GRAINES DE JOIE photo1

Paris, un soir d’automne…

Il doit être tard… En fait, je ne sais plus l’heure qu’il est depuis que je l’ai rencontrée…. Elle ne va pas tarder…. Elle doit venir dîner comme souvent depuis un an. Mais ce soir-là, quelque chose est différent. Je vais lui demander si elle veut partager sa vie avec moi et ne plus repartir… Je m’installe dans mon fauteuil près de la fenêtre, un verre de Margaux à la main. Je regarde Paris qui scintille dans la nuit. Le fumet de la blanquette vient me chatouiller les papilles et la voix sublime de la chanteuse Adèle me fait frissonner. Je savoure… On sonne à la porte…

Arnaud B., amoureux comblé.

A cet instant…

A cet instant... dans GRAINES DE JOIE Image-1-288x300

Revel, 18 avril 2011

Je jette un rapide coup d’oeil dans le miroir, et mets une dernière fois mes cheveux ordre. A cet instant, je m’arrête et regarde le reflet de qui je suis devenue dans la glace. Une intense émotion me submerge… Aujourd’hui nous fêtons les 20 ans de ma fille. Nous nous sommes tous fait beau pour la circonstance. Oh ! Rien d’extraordinaire de prévu. Juste un repas tous les 4 dans un très bon restaurant de la région. C’est bien… Je me sens si fière d’eux… Mon mari, mon fils, ma fille… Evidemment, comme tout un chacun, la vie ne nous a pas épargné mais finalement, qu’est-ce qu’elle nous a gâté aussi… Pour moi, à cet instant rien ne manque… Je suis complète. C’est bien…

Pascale J., maman comblée et bien coiffée !

Tout un art !

Tout un art ! dans GRAINES DE JOIE image1

Nice. Musée Chagall. Juin 2011.

En pénétrant dans le Musée Chagall par un bel après-midi de juin, je ne m’attends pas à un tel émerveillement. L’exposition présente une série des œuvres du célèbre peintre (qu’en fin de compte je connais peu) sur les thèmes de l’Ancien Testament (la création du monde, le sacrifice d’Abraham, le jardin d’Eden, la Cantiques des Cantiques…). Ses tableaux aux couleurs chatoyantes s’étendent sur toute la surface d’un vaste mur. Je suis soudain « saisie » par quelque chose qui me dépasse. Prise aux tripes, absolument bouleversée, l’émotion est si intense que ce que je ressens profondément est bien plus grand que ce que mes yeux me donnent à voir. Ah ! L’indomptable magie de l’Art nous fait quelque fois entrevoir le divin !

Marie C., heureuse retraitée.

Instantané d’été.

Instantané d'été. dans GRAINES DE JOIE Image-6-300x222

Il était une fois, près de Paris…

C’est l’été. Je suis en vacances chez mes grands-parents en banlieue parisienne. Assise sur un banc, un livre à la main, près du portail d’entrée, j’ai devant moi le jardin qui mène à la petite maison couverte de roses trémières, là-bas au fond. Ce jardin, je le connais par coeur: les fleurs, les arbres fruitiers, le puits, la tonnelle et plus encore… Derrière moi, je sens l’odeur suave des troènes. De temps en temps, un bourdon vrombissant traverse l’espace, un léger papillon virevolte au dessus de ma tête, le chien de la voisine jappe comme un idiot qui se croit obligé d’impressionner celui qui passe. Il fait chaud, mon esprit vagabonde. Finalement, j’ouvre mon livre. Instantané de Bonheur…

Jacqueline I., chaleureuse et bienveillante voisine !

Journée pluvieuse, journée heureuse !

Journée pluvieuse, journée heureuse ! dans GRAINES DE JOIE Image-113

Un dimanche de mon enfance… Quelque part en Afrique.

Je suis une petite fille, 8 ou 9 ans peut-être, nous habitons en Afrique, dans une maison dont le toit est en tôle ondulée ; C’est la saison des pluies…  Souvent elles sont diluviennes et peuvent durer de longues heures, parfois quelques jours, sans discontinuer. Les trombes d’eau qui tombent sur les toits, dans un vacarme tonitruant, creusent des rigoles profondes dans les petites rues en terre battue et rendent par ce fait, les routes impraticables.
En ce dimanche justement, impossible de sortir de la maison… Je suis dans ma chambre, les fenêtres à peine entrouvertes pour que la pluie ne rentre pas, et je lis sur mon lit… Lire c’est mon grand bonheur… Mais hélas, j’en ai rarement le temps car mes parents ont toujours quelque chose à me faire faire (les devoirs, mettre la table, ranger, etc…). Il n’y a que le soir venu où je peux -cachée sous mes draps avec une lampe- rejoindre mes amis du Club des Cinq pour de fabuleuses aventures ou encore partir à la découverte du mystérieux Manoir Hanté avec la belle Alice ! Ce jour-là pourtant, aucune autre activité n’est possible et mes parents, eux-mêmes, sont ravis de pouvoir profiter de ce moment de repos « forcé ». Alors je peux lire des heures…
Ainsi c’est une délicieuse journée de cocooning que nous passons doucement en famille, et dans ma chambre, bercée par la joyeuse musique de la pluie, je me sens heureuse, remplie de bien-être, avec une conscience aigüe de mon bonheur, dans la sécurité de ce moment hors du temps.

Michelle D., alias Alice Roy !

Overdose de joie !

Overdose de joie ! dans GRAINES DE JOIE images

Belgique, vendredi 6 décembre 1996.

J’ai 9 ans. C’est la Saint Nicolas, et comme chaque année, l’excitation est à son comble car, je sais qu’Il va venir ! Je le sais parce que, quelques minutes avant, il y a eu le fameux signal magique qui nous prévient toujours de son arrivée imminente ! Si!Si!… Alors que nous étions tous devant la télé mes parents, mon frère et moi, les bonbons de Saint Nicolas sont tombés du ciel, dans un grand fracas, pile au milieu du salon ! C’est LE signal ! Vite, vite ! Au lit ! Il faut dormir…

6h du matin, je me réveille… La maison est silencieuse, tout le monde dort encore. Je jette un rapide coup d’oeil par la fenêtre, la neige tombe à gros flocons sur le jardin… Joie ! J’ouvre doucement la porte de ma chambre, et là, un chemin de friandises me mène à l’escalier central et, sur chaque marche, est posé un chocolat, un caramel, ou encore, une clémentine… Tout en avançant, je ramasse consciencieusement mon trésor sucré et me retrouve le nez collé à la porte du salon… Re-Joie ! Le coeur battant, je la pousse… Et c’est le rêve ! Juste éclairé par l’étincelante guirlande du sapin, j’aperçois le sol du salon entièrement recouvert de gourmandises ! Il y en a partout ! Bonbons, caramels, clémentines, sucres d’Orge… Partout ! Puis tel un décor de théâtre, tous mes cadeaux rêvés, sont déballés, préparés, mis en scène et n’attendent plus que moi pour prendre vie ! Au milieu trône ma trottinette, puis juste à côté la fabuleuse mini-cuisine et tous ses accessoires, plus loin sur la table, les Polypockets font déjà la fête, et enfin à gauche, sur l’accoudoir de la chaise, sont délicatement posés les supers habits tant espérés ! Mais, il va s’en dire que mes chers cadeaux ne sont pas seuls : ils côtoient, dans la plus grande solidarité, ceux de mon grand frère qui vient, d’ailleurs, de débouler derrière moi, en mode « surexcitation maximale » !  Playmobils, jeux vidéos, légos sont, eux aussi, prêts à en découdre ! Cette fois, c’en est trop… Overdose de Joie !! Cris d’extase totale…  Nous nous élançons à l’assaut de ce paradis qui nous tend les bras. Et cerise sur le gâteau, nous savons qu’en ce jour béni, nous serons autorisés à faire le petit déjeuner dans le salon… en jouant ! C’est pas dingue, ça ?!

Aurore au pays des merveilles !

12

petiterose29 |
Soeurs de Coeur, journal de... |
POINTS DE SUSPENSION ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ahosanna
| petits mots etc
| imhere