Oh Capitaine ! Mon Capitaine !

afficheJe suis un peu triste ce matin, je l’avoue, en apprenant la mort de Robin Williams. Un peu choquée aussi. Il se serait suicidé. Lui qui incarnait pour beaucoup « l’homme le plus drôle au monde » est parti emporté par le désespoir.

Au delà de l’acteur de génie qu’il était et de l’homme que j’aurais adoré connaitre, il restera pour moi, le John Keatin du sublime chef d’oeuvre « Le cercle des poètes disparus ». Ce professeur de lettres qui incite ses élèves à avoir leur propre regard, à écouter leurs émotions, à les exprimer, à sortir du rang, à marcher à contre-temps et à contre-courant, à être libre d’être qui ils sont et non ce que l’on voudrait qu’ils deviennent, à laisser émerger la créativité qu’ils ont en eux, à oser ne pas se conformer aux règles imposées par cette société des années 60 et surtout à avoir une vision du monde différente, à prendre de la hauteur.

cercle-des-poetes-disparus-1989-01-gEt soudain, je me demande: « Qu’en est-il pour nous aujourd’hui en 2014 ? Sommes-nous réellement libre d’être qui nous sommes ? De vivre selon nos valeurs ? De réaliser ce pour quoi l’on est destiné ? Nos écoles sont-elles si différentes ? Ne passe-t-on pas à côté de notre vie par crainte de sortir de ce conformisme-cocon dans lequel on se sent si protégé car accepté ? Et quelle est notre vision du monde ? Par quel angle le regardons-nous ? Qui monte sur la table ? Qui prend de la hauteur ? »

Ces questions me hantent alors que mes yeux se posent sur mon clavier. Serais-je de celles et ceux qui oseraient monter sur la table et crier « Oh Capitaine ! Mon Capitaine ! » ?

Mon coeur répond oui. Ma raison raisonne… Je rêve de rencontrer un Capitaine. Quelqu’un qui me prendrait par la main pour m’aider à monter sur la chaise puis sur la table. Quelqu’un qui m’aiderait à agrandir ma vision du monde. cercle-des-poetes-disparus-1989-07-g

Mais finalement n’existe-t-il pas déjà ce professeur ? En chacun de nous ? Ne serait-il pas tout simplement la représentation symbolique de notre propre foi en un avenir plus juste, plus doux. Écoutez-le, il vous appelle. Il vous invite à ouvrir votre coeur et votre âme à plus d’humanité.

 

DEAUVILLE FESTIVAL: THE ACTOR ROBIN WILLIAMS

Je suis un peu triste ce matin, je l’avoue. Robin Williams est parti. Il a pris de la hauteur. Pas celle que l’on aurait voulu. Mais peut-être que de là-haut désormais, il voit les choses telles qu’elles sont réellement et se sent enfin et pour toujours, en paix.

Adieu Mon Capitaine.

(*Pour voir ou revoir la célèbre scène, cliquetez-ici: « Oh Capitaine ! Mon Capitaine ! »)

Auteur :concentredebonheur

Auteur de "Cultivez votre Bonheur !" aux Editions Eyrolles. Coach de vie et formatrice en relations humaines, créatrice du blog « Concentré de Bonheur ».

PSIIIT ! PAR ICI !

Hé ! PSIIIT ! ABONNEZ-VOUS :)

7 Réponses à “Oh Capitaine ! Mon Capitaine !”

  1. STEPHANIE
    12 août 2014 à 12:03 #

    C’est très beau et l’interrogation si juste

  2. Sandra
    12 août 2014 à 13:02 #

    c’est exactement ce à quoi j’ai pensé ce matin !!! comme quoi changer pour soit mais pas pour les autres….

    • 12 août 2014 à 13:15 #

      C’est une question fondamentale car l’on commence par changer en soi ce que l’on veut voir changer en chez les autres. Merci Sandra.

  3. Véronique
    12 août 2014 à 17:51 #

    Très bel hommage. C’est vrai que ce matin nous sommes tous un peu tristes.

  4. Rose
    13 août 2014 à 9:08 #

    Immense acteur, particulièrement bouleversant dans « Fischer King » où il finissait par combattre ses démons. Ceux de sa vie étaient sans doute trop puissants pour se laisser terrasser. A travers ses films il nous a donné de très belles leçons d’amour, de courage, de don de soi.

  5. Momo
    15 novembre 2014 à 16:22 #

    Pour moi ce film c’est Carpe Diem avec donc cet extrait : https://www.youtube.com/watch?v=ld1mhEK1w-g

Laisser un commentaire

petiterose29 |
Soeurs de Coeur, journal de... |
POINTS DE SUSPENSION ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ahosanna
| petits mots etc
| imhere